#WeRunParis 2015 / "On ne naît pas championne, on le devient"

Salut tout le monde !
Je vous retrouve en ce début du mois de juin pour vous raconter ma super expérience à la Nike Women’s Race ou également appelée We Run Paris. Il s’agit d’une course organisée par Nike et nous avions le choix de nous inscrire sur le 10 ou le 15km. J’avais déjà participé à des petites courses mais rien à voir avec celle là qui était vraiment au top du top !

IMG_1273 FullSizeRender (9)

 

Avant la course :

Pour commencer, j’ai eu la chance de gagner mon dossard sur Instagram grâce au Happy Running Crew, mené par la jolie Chloé de La Penderie de Chloé, et par conséquent j’ai pu rejoindre une équipe tip top pour participer à cette course !
Tout de suite je me suis empressée de me prendre mes billets d’avion pour Paris (et oui maintenant faut croire que l’avion est moins cher que le train ;) ) et de réserver un p’tit appart sur AirBnb.
La course avait donc lieu ce dimanche 7 juin et on avait rendez-vous pour 7h30-45 devant la Cité de la Mode et du Design à Paris où avait lieu le départ de la course à 9h. Et là c’est qui qui a son réveil qui n’a pas sonnéééé ? C’eest moi évidemment ! Je suis arrivée du coup un peu en retard et puis j’ai bien galéré pour retrouver Chloé qui avait mon dossard (qui en fait est une puce électronique fixé sur un bracelet que lui même on fixe sur nos lacets = trop la classe Nike quoi !) ainsi que le kit Nike offert à toutes les coureuses et le joli petit tshirt à l’effigie de mon crew 😉
Ensuite direction la consigne pour poser toutes mes affaires et là c’est le drame ! Il me manque l’étiquette avec mon numéro de consigne pour poser tout ça… Je perds pas mal de temps encore une fois mais arrive finalement à m’en sortir. Sur ce, au milieu de toutes les coureuses en tshirt orange je repère 2 filles de mon crew (et ouais trop fastoche avec nos tshirts blancs !) et du coup je me joins à elles pour me rendre sur la ligne de départ.
3ème péripétie de la journée : en discutant avec Chloé et Valentine mes coéquipières, je demande innocemment ce qui remplace le dossard que les coureurs portent habituellement sur le tshirt et qui est super utile pour prendre le temps à l’arrivée de la course (et oui à ce moment j’avais pas encore percuté)… Bien sur il s’agit du bracelet à puce à mettre sur la chaussure ! Génial, me revoilà partie pour faire le chemin inverse : je dois remonter à l’intérieur de la Cité de la Mode, allant à contre sens des 10 000 filles qui se rendent sur la ligne de départ , pour récupérer mon dossard électronique à la consigne car je l’ai laissé dans mon sac !
Après toutes ces aventures me voilà à mon tour sur la ligne de départ à 9h09 (oui oui j’ai pensé à regarder l’heure quand meme ^^) alors que les premières filles se sont déjà élancées dès 9h ! C’est dire s’il y a du monde ! Et comme il y a plusieurs SAS de départ (les plus rapides sont devant et les plus lentes sont derrières) je me retrouve avec les filles qui courent le 10km en moins d’1h30 (les plus rapides le font en moins de 50min !!!). Et là c’est parti !

IMG_1275 FullSizeRender (14)

La course :

Je m’élance pour ce 10km un peu anxieuse, mais ça va, je pars à mon rythme habituel sans trop me forcer, et comme les plus rapides sont loin devant de toutes façons il n’y a pas de fusées à mes côtés ^^
Tout le long du parcours les passants nous encouragent, pendant que nous empêchons certains de traverser sur les passages piéton ! Bah oui 10 000 filles qui veulent en découdre c’est difficile à arrêter dans leur élan !
Chaque kilomètre est marqué par des bannières et ça permet de savoir où on en est sans toujours regarder sa montre ou son smartphone (d’ailleurs je n’ai pas lancé mon application Nike car mon téléphone ne tient pas assez bien la batterie –‘ ).
Presque à chaque kilomètre on a de la musique pour nous booster, des gens avec des banderoles, des ballons et au 2ème kilomètre on a même eu une fanfare avec des tambours ! Ça me met la banane pour continuer.
Habituellement quand je cours une dizaine de kilomètres, j’ai toujours un petit coup de mou vers les 3, 4 ou 5ème km. Allez savoir pourquoi ! Mais cette fois ci rien… Alors j’attend ce coup de mou auquel je suis habituée mais les kilomètres défilent et rien ne se passe !
A 4,5km, premier ravitaillement : je m’arrête une vingtaine de secondes pour boire un verre d’eau car mine de rien, il faut chaud à Paris ! On a à notre disposition également des fruits secs mais mon médecin m’avait conseillé de ne rien mangé au ravito parce que ça provoque un pic d’insuline qui a l’effet inverse d’un boosteur, il paralyse presque les jambes.
Donc me voilà repartie hydratée.  J’atteins le milieu de parcours au 5ème kilomètre où il y a une arche Sarenza, partenaire de la course, avec plein de ballons roses gonflés à l’hélium, des pancartes avec des encouragements dessus et aussi une machine qui souffle des bulles en plus de la musique à fond ! Vous avez dit une ambiance de folie ? 😉
A partir de là, je me fais confiance, je me dis que peut etre je n’aurais pas de coup de mou, je n’aurais pas à marcher ou faire une petite pause et je me laisse aller totalement !
Second ravitaillement peu après le 7ème kilomètre, où là j’ai l’impression de perdre un temps fou : malgré les tables qui s’étendent sur plusieurs mètres, il y a presque la queue pour avoir un verre d’eau et là mauvais coup du sort, le mec chargé de remplir les verres se retrouvent sans eau ! Je reviens sur mes pas pour récupérer un verre où je peux mais je suis super déçue d’avoir perdu autant de temps !
Je finis par repartir toute contente parce que mine de rien la course est presque finie et j’ai déjà fait le plus gros !
Je cours sur les trottoirs, ombragés avec les arbres, en bonne Montpelliéraine habituée aux courses au soleil et fuyant la chaleur quand je cours. Je pense que cette tactique aura aussi joué un rôle dans mon super état tout du long. J’ai rarement l’occasion de courir sur un parcours 100% ombragé et c’est peut être ce qui me manquait pour être au top ! Affaire à suivre je ne sais pas… 😉
Je continue ma route et arrive au 9ème kilomètre et je me dis : ça y est j’y suis presque ! Inconsciemment je sens que mes jambes accélèrent, il y a de plus en plus de monde aux abords du parcours et les deux courses ne vont pas tardé à se séparer : les filles qui courent le 15km bifurquent sur la droite pour faire une boucle avant de nous rejoindre sur la ligne d’arrivée. Mais avant ça que vois-je devant moi : une côte. Une put*** de côte ! Le genre de côte que tu n’aimes pas vraiment voir quand t’as commencé à accélère sous l’influence des pancartes « LÂCHE RIEN », « ACCÉLÈRE » ou « TU PEUX LE FAIRE ». Mais ouf, la côte est vite dépassée, j’en profite au passage pour doubler quelques filles qui galèrent et je vois au loin devant moi la ligne d’arrivée…
L’adrénaline est à son top et je finis en sprint, à peine fatiguée, avec l’impression d’avoir un mental au top qui m’a permit de me dépasser comme jamais je ne l’aurais cru !

IMG_1277 FullSizeRender (7)

L’après course :

Des mecs canons en costard nous tendent nos médailles qui trônent gentiment dans des paniers : y a pas à dire, Nike sait y faire pour organiser une course féminine !
Je suis le mouvement de groupe et aperçoit enfin des filles en t-shirt blanc avec écrit fièrement dessus « Happy Running Crew », ça me fait plaisir d’enfin rencontrer la joyeuse bande que je n’ai pas du tout aperçu durant mes 10 km (et oui comme je suis partie dans les dernières). Ça discute gaiement des chronos des unes ou des autres et aussi du ravitaillement proposé après la course : bah oui, on a droit à de la Contrex ( dont la plupart d’entre nous n’apprécions pas le goût, mais comprenez c’est « L’allié minceur des femmes ») et à des barres de céréales Fitness bourrées de sucre et qui donnent vraiment pas envie ! Heureusement, bananes et abricot frais sont aussi de la partie 😉 Je me rend compte que plusieurs filles ont trouvé la course pas évidentes car il y avait des montées et des descentes, ça m’étonne car moi je l’ai trouvée tellement facile ! Mais ces filles sont des coureuses aggueries donc j’en conclus que je suis habituée au dénivelé (il n’y a qu’à voir les deux courses officielles que j’ai faite avant celle là : la première de 6km était dans la garrigue avec facile 400m de dénivelé (j’en avais vraiment bavé) et la seconde était il y a quelques jours, la Montpellier Reine une mini course caritative de 4,5km en plein cœur de Montpellier, ville construite sur une colline avec des descentes et des montées infernales !).
Bref on fini par se diriger vers les consignes pour récupérer nos affaires et on se donne rdv au même endroit qu’avant la course pour faire une photo de groupe. Mais là on perd un peu notre temps à prendre des photos devant les murs où c’est écrit 10 et 15km et puis on s’arrête au stand Sarenza où il y a un chouette photomaton. Au final on est 8 à avoir raté la photo de groupe ! Je me sépare des filles qui vont bruncher ensemble car je dois me dépêcher de rendre l’appart que j’ai loué.
Je dis au revoir à tout le monde, et je repars le sourire aux lèvres grâce à ces filles toutes plus sympa les unes que les autres, et aussi fière de moi pour ma super course 🙂
Y a pas à dire, je reviendrai l’année prochaine retrouver le Happy Running Crew pour surement 15km cette fois ci 😉

IMG_1286 FullSizeRender (13) FullSizeRender (11) FullSizeRender (10) FullSizeRender (12)

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *